top of page

EDOARDO RIPANI

Pour moi, le théâtre est devenu un outil d'expression civile et sociale, le meilleur moyen de transmettre des histoires qui ne pourraient pas être racontées autrement, sur des questions qui pourraient disparaître du débat public. C'est aussi un moyen de donner la parole aux "oubliés", aux "derniers".
La montagna è finita

Pour moi, le théâtre est devenu un outil d'expression civile et sociale, le meilleur moyen de transmettre des histoires qui ne pourraient pas être racontées autrement, sur des questions qui pourraient disparaître du débat public. C'est aussi un moyen de donner la parole aux "oubliés", aux "derniers".

J'essaie de développer une méthode de recherche personnelle, presque "anthropologique" ou simplement "documentaire". En partant de la rencontre avec un lieu, les habitants et l'architecture d'une communauté, je collecte des histoires, des biographies, des personnages, des images, des pensées, des rêves et des cauchemars du lieu, pour les transformer en une expérience performative.

La montagna è finita sera la prochaine étape de ma recherche artistique.

Cette fois-ci, la zone géographique de mon enquête sera la région des Apennins centraux en Italie, ma région. Le dépeuplement, les crises économiques, les catastrophes naturelles (comme le tremblement de terre massif de 2016-2017), le manque d'infrastructures ont fait de la région l'un des "endroits oubliés" en Italie et en Europe. Les sentiments d'abandon et de colère se sont mélangés et nourris les uns aux autres. Mais ce n'est pas une condition spécifique : les Apennins centraux et leurs communautés sont un exemple de ces petites communautés tout autour du continent européen, qui ont été marginalisées et désintégrées par la mondialisation au cours des dernières décennies.

Mon voyage commence en 2016 : alors que la terre tremble fortement dans ma région natale, mon père tombe malade d'un cancer du poumon. La tumeur a été découverte le 5 janvier 2017, et le 1er juin de la même année, elle l'a emporté. Mon père est mort en même temps que sa montagne bien-aimée.

Je veux faire des fouilles métaphoriques dans mes souvenirs familiers et dans les ruines de la zone du tremblement de terre. En suivant la faille du tremblement de terre, qui traverse le lit du fleuve Tronto et coupe l'ancienne voie romaine Salaria, je ferai un voyage physique et métaphysique dans la montagne, fait d'images, de musique et de biographies. A partir de cette focalisation personnelle et locale, je voudrais parler à tous les Européens, en donnant un exemple universel de condition humaine et sociale de perte, face à la machine économique et bureaucratique gagnante.

ItsaMatch-I-2022-JonasVerbeke-HR-18.jpg
La montagna è finita_Maria Baldovin.JPG

La montagna è finita
Projet d'Edoardo Ripani

Production : Théâtre Antigone, C-Mine, Arsenaal, ViernulVier, Pianofabriek et Amat Marche

Edoardo Ripani

Ces dernières années, il a développé sa propre pratique théâtrale et s'est concentré sur une approche documentaire avec plusieurs références à l'histoire, l'une de ses principales passions. Son approche du sujet peut être définie comme presque scientifique, car il aime combiner différents matériaux documentaires (articles, témoignages, faits réels) et les transposer au théâtre. En même temps, il se concentre sur une forme qui va au-delà de la boîte noire et n'implique pas nécessairement des acteurs professionnels.

Il s'est formé comme acteur, d'abord en Italie, avec l'expérience du groupe indépendant Aikot 27, puis dans le monde entier, avec plusieurs expériences formatrices auprès de Jim Slowiak, Jairo Cuesta, Marco Sgrosso, Elena Bucci, Philippe Gaulier, Norman Taylor et Mariangela Gualtieri.

En 2006, il obtient un diplôme en études théâtrales (DAMS) à l'université de Bologne. En 2011, il a obtenu un master en philosophie de la performance à l'université de Macerata et en 2018, il a obtenu un master en mise en scène théâtrale à l'école des arts RITCS de Bruxelles.

Entre 2012 et 2020, il a été acteur associé et enseignant à l'Institut Italien de Culture de Bruxelles et à partir de 2020, il est l'un des artistes sélectionnés de "Crossing the Sea", un projet de stratégie à long terme qui vise à établir une connexion et une coopération entre le secteur des arts du spectacle en Italie et dans les pays du Moyen-Orient et d'Asie. Le projet est soutenu par le ministère italien de la culture et du patrimoine.

Il est actuellement actif dans des projets participatifs dans les périphéries de Bruxelles, avec Casi-UO à Anderlecht (association qui travaille depuis presque 50 ans avec les migrants italiens en Belgique) et avec l'espace de travail Transfocollect à Schaerbeek (espace d'expression théâtrale pour les jeunes, principalement issus de l'immigration). Il est également assistant professeur à l'école des arts RITCS à Bruxelles pour le "Transversaal Atelier", un atelier multidisciplinaire axé sur la participation, qui implique des étudiants de différents médias. Il est en tournée en tant qu'interprète dans All Inclusive de Julian Hetzel, une performance qui a été présentée dans plusieurs festivals européens tels que Actoral, Impulse, Belluard, Biennale Teatro, Spielart et Point communs. Son dernier spectacle Fratelli. Qual doglia incombe sulla mia città ? a été créé en août 2021 au Festival Epos/TAU (Porto San Giorgio, Italie) et a été bien accueilli, en Belgique et en Italie.

Il est le premier assistant du cinéaste belge Manu Riche pour son nouveau docu-fiction Charbon et, en même temps, il travaille comme metteur en scène sur un nouveau spectacle sur les communautés des Apennins d'Italie centrale, La montagna è finita, une coproduction italo-belge qui sera présentée en novembre 2023 à Genk.

Fratelli04 _Claudio Morando.jpeg
bottom of page