publication Hack the Eurometropolis

L’année passée, le soir de l’inauguration du festival des arts international NEXT, des attentats à Paris ont coûté la vie à 130 personnes. Aussitôt, on a sorti les gros marqueurs pour à nouveau tracer les frontières. L’Europe fermait ses frontières extérieures, tandis que près de Calais, elle laisse quelque 10 000 réfugiés dépérir dans l’insalubrité. Au cours de la première moitié de l’année 2016, 2 889 personnes sont mortes en Méditerranée en tentant de rejoindre l’Europe. Les impératifs sécuritaires réactive nt les barrières douanières au coeur même de l’Eurométrople, entravant les relations transfrontalières.

Depuis le lancement du festival NEXT en 2008, les relations entre Courtrai, Lille, Tournai et le Hainaut n’ont jamais été aussi distendues. L’horizon de l’action publique se replie sur le territoire local. Le désintérêt a ché envers l’autre est précoccupant. 

Pour le développement à venir de cette Eurométropole de 2,1 millions d'habitants, il faut de toute urgence un nouveau modèle qui s'appuie sur la connaissance, l'expertise et l'énergie des citoyens.

Il est urgent de repenser les formes de vivre ensemble. L’Eurométropole peut et doit être précurseur. Elle est une Europe au format de poche, un espace unique pour créer un laboratoire pour les expériences et méthodes pilotes. ll ne s’agit pas seulement de recenser les expériences existantes en Flandre, en Wallonie et en France, mais d’ouvrir cet espace unique comme un terrain d’expérimentation.

Dans ce cahier, des artistes et un philosophe apportent la première pierre à cette initiative.