Revenir à l'aperçu
Danse

Sacre

David Wampach

Belgique

Sacre du chorégraphe français David Wampach est une adaptation radicale du légendaire Sacre du Printemps, le ballet novateur, voire révolutionnaire, de Nijinski sur une musique de Stravinsky, dont la première a provoqué un véritable scandale en 1913. Wampach innove et commémore à son tour. De la musique originale, il ne conserve pas plus de deux accords et de la chorégraphie de Nijinski, ne subsiste qu’une poignée de mouvements essentiels pour deux danseurs (Wampach en personne et Tamar Shelef). La principale source d’inspiration réside dans les costumes originaux de Nicolas Roerich. « J’approche le Sacre du Printemps à partir des costumes parceque dans des créations précédentes, je les avais déjà hissés au même rang que la danse et le décor : des costumes qui dissimulent et dévoilent, qui habillent et déshabillent. » Ce qui touche Wampach dans le Sacre original, c’est l’aspect rituel, l’état d’extase, de transe et d’étourdissement. Habités par l’angoisse, les danseurs – futurs sacrifiés – évoluent sur scène avec une respiration lourde et haletante, proche de l’hyperventilation, comme aspirés par un crescendo épuisant qui les mène inéluctablement au paroxysme.

Choreography David Wampach / With Tamar : Shelef et David Wampach / Costumes Rachel Garcia et Laurence Alquier / Sound Mikko Hynninen / Director Gaëtan Lebret / with the artistic collaboration of Chiara Gallerani, Johanna Korthals Altes, Enora Rivière, Mark Tompkins et Christian Ubl / Thanks Dominique Brun / Production Association Achles / Coproduction Festival Montpellier Danse, Centre national de la danse - Pantin, Centre chorégraphique national de Franche-Comté à Belfort, le Cratère, Scène nationale d’Alès./ With support of Fondation d'entreprise Hermès, Tanzquartier à Vienne et l’adc à Genève dans le cadre de Modul-dance, et la Ménagerie de Verre dans le cadre des Studiolabs./ With support of Centre Chorégraphique National Montpellier Languedoc-Roussillon.

Durée: 45 min

Lieu: Armentières - Le Vivat